L’Ukraine dans le viseur de Justyna Mielnikiewicz  : « Portrait(s) d’une résistance ». Maison des Journalistes, Paris.

Pourquoi rencontre-t-on aussi peu de journalistes ukrainiens réfugiés en France ? Réponse : ils continuent de témoigner sur leur pays ou aident les reporters occidentaux dans leurs enquêtes. Justyna Mielnikiewicz est polonaise mais elle a choisi elle aussi de vivre l’Ukraine en guerre. Elle expose aujourd’hui son travail en XL sur la façade de la Maison des Journalistes, ce lieu d’accueil pour les gens de presse, persécutés à travers le monde.

Justyna a travaillé longtemps dans les points chauds de l’est de l’Europe comme photographe indépendante : Caucase, Georgie, Russie également mais surtout Ukraine où elle est présente dès l’hiver 2014, avec la révolte de la place Maïdan. Elle a surnommé cette période « la Révolution de la Dignité ». C’est dire si elle croit en la cause des Ukrainiens.

Lviv, mars 2022. La foule en fuite vers l’ouest. (c) Justyna Mielnikiewicz.

Le mérite de ses images et de son témoignage est de nous montrer une nation ukrainienne bien vivante, un peuple ukrainien qui croit, qui aime, qui souffre, alors que la Russie de Poutine veut empêcher l’existence même d’une Ukraine indépendante.

Lviv: mère à l’enfant. L’exode vers la Pologne. 2022. (c) Justyna Mielnikiewicz

Justyna Mielnikiewicz traite son sujet à travers des cas humains rencontrés au hasard de son itinéraire dans ce pays en guerre. « Des citoyens affrontent les chars russes à mains nues » nous dit-elle. Le fil conducteur de son histoire est le fleuve Dniepr, comme ligne de démarcation entre les territoires ukrainiens et les régions russophones. C’est l’instrumentalisation du langage qui a servi à diviser le pays alors que les populations s’expriment souvent indifféremment dans les deux langues.

Lviv 2022 : L’heure de la séparation. Cette femme fait ses adieux à son compagnon, contraint de rester en Ukraine pour aller combattre sur le front.

Aucun homme en arme, aucun milicien ou soldat n’apparait sur les photos de Justyna. Mais l’expression même des habitants dans la détresse nous permet de voir que le pays est bien en guerre, en résistance plutôt. Elle explique en une phrase sa motivation : « Les Ukrainiens n’ont ni voulu ni attendu cette guerre. La façon dont ils ont fait face est extraordinaire et incarne en même temps l’histoire universelle de la lutte d’une nation contre la tourmente qui lui est imposée. »

Philippe Rochot

Maison des Journalistes : 3 avril 2022. Inauguration de l’exposition « Portraits d’une résistance » par Darline Cothière, directrice. La MDJ est devenue « un observatoire de la situation de la presse et des conflits dans le monde.

Albéric de Gouville, président de la Maison des Journalistes et rédacteur en chef à France24. « La Russie arrive à la 155ème place dans le classement de la liberté de la presse ».

L’exposition, vue du cimetière de Grenelle. (Ph Rochot)

2 réflexions sur “L’Ukraine dans le viseur de Justyna Mielnikiewicz  : « Portrait(s) d’une résistance ». Maison des Journalistes, Paris.

  1. Bonjour Sincèrement, je n’en peux plus de cette logorrhée larmoyante pro Ukraine. La liberté de la presse vue par un type de *France24 **(Radio d’état socialisante)* me fait bien rire compte tenu de la classification de « Reporter Sans Frontière » sur la liberté de la presse en France. Les agressions contre les journalistes et les interpellations abusives se sont notamment multipliées en Allemagne, en France (34e), en Italie (41e), en Pologne (64e, -2), en Grèce (70e, -5) , en Serbie (93e) et en Bulgarie (112e, -1). *2021* ( https://rsf.org/fr/classement-mondial-de-la-liberte-de-la-presse-2021-le-journalisme-est-un-vaccin-contre-la) *2022 * https://rsf.org/fr/classement-mondial-de-la-libert%C3%A9-de-la-presse-2022-la-nouvelle-%C3%A8re-de-la-polarisation-0 ) *La France n’est pas du tout un exemple en la matière. Selon le classement annuel publié par Reporters sans frontières, la France se classe 26e en 2021, bien loin derrière la Norvège, la Finlande et la Suède, les 3 pays les mieux classés en matière de liberté de la presse* *L’Ukraine est classée 106iem ! * Merci de bien vouloir en tenir compte dans vos messages, et ne pas oublier que les bataillons nazis existent bel et bien en Ukraine sans compter les 12 000 morts civils commis par les bombardements de l’Ukraine. Voir le reportage d’Anne Laure Bonnel qui ne sont pas retransmis en France ni en Ukraine d’ailleurs. Vous pourriez d’ailleurs le faire. (sourire) Gérard Brazon

    J’aime

    1. Bonjour et merci pour votre réaction. Le classement de RSF n’est qu’une indication. Par contre le chiffre donné par le HCR de 5 millions d’Ukrainiens ayant fui leur pays en moins de deux mois suite à l’offensive russe est bien exact. Quelles que soient les nuances qu’on puisse apporter sur l’attitude de l’Ukraine et sa vie politique, il faut continuer de soutenir ces gens et surtout ce pays dont Poutine nie l’existence même.

      J’aime

Répondre à Philippe Rochot Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s