Chine : le combat des paysans expropriés : « Guanzhou, une nouvelle ère », un film de Boris Svartzman.


Quand les bâtisseurs de la nouvelle Chine font sortir de terre des cités nouvelles ou des zones industrielles, ils ne s’embarrassent pas d’égards vis-à-vis des populations locales. Les habitants n’ont souvent qu’un mois pour évacuer leurs maisons et leurs terrains. Mais parfois ils résistent, prêts à tout pour contrer les projets immobiliers lancés par des promoteurs sans scrupules avec la bénédiction du parti communiste chinois.

Photo de Boris Svartzman.

C’est le cas des villageois de Guanzhou, une île fluviale aux environs de Canton que Boris Svartzman a suivis pendant près de sept années. Leurs villages ont été rasés, leurs maisons détruites pour bâtir des résidences de luxe, des hôtels 4 étoiles, des grands magasins, des tours d’habitation.

Guanzhou: un habitant qui témoigne dans le film (capture d’écran)

Le Parti, la police, les autorités locales ont fait pression sur les habitants pour qu’ils cèdent. Une indemnité de misère leur a été proposée pour abandonner leurs terrains, leurs cultures et livrer leurs demeures à la destruction. Mais la somme avancée ne leur permet pas de financer un nouveau logement. Une partie des 2000 villageois de Guanzhou a donc choisi de résister et de retourner vivre sur leur île. Ce sont eux que le réalisateur nous fait rencontrer.

Guanzhou: maisons anciennes et ville nouvelle. Photo Boris Svartzman

Le mérite de Boris Svartzman dans son documentaire intitulé « Guanzhou, une nouvelle ère » est d’avoir suivi les étapes du bouleversement de la vie des habitants, en retournant régulièrement sur place. Ce jeune réalisateur qui a vécu plusieurs années en Chine parle couramment la langue ce qui le met en contact direct avec les populations. Il a su gagner leur confiance mais aussi se faire discret, travaillant seul afin de ne pas être repéré par les mouchards toujours présents dans ce genre de situation troublée.

Cultures et barres d’immeubles à Guanzhou : photo de Boris Svartzman

Résultat : des réflexions et des propos surprenants de la part de ces villageois pourtant peu éduqués. Ils ne ménagent pas leurs critiques contre le parti communiste, accusé de manquer d’humanité et n’hésitent pas à dénoncer la corruption. Alors que leur présence dans ces maisons appelées à être rasées est jugée illégale par les autorités, les gens de l’île de Guanzhou dénoncent le fait que les promoteurs immobiliers n’ont pas même obtenu d’autorisations pour bâtir leurs tours et leurs hôtels. Ils montrent du doigt les résidences des Chinois de l’étranger qui eux ne sont pas inquiétés parce qu’ils ont les moyens de payer.
Mais rien ne peut empêcher la progression des chantiers, la conquête des terres des villageois par les bulldozers, les grues, ces machines à broyer le mode de vie traditionnel.

Photo Boris Svartzman

L’ère nouvelle de la Chine est là, c’est celle du béton, des résidences de luxe, des terres confisquées, des populations mises au pas. Cinq millions de paysans seraient ainsi expropriés chaque année.
Malgré de nombreuses démarches auprès d’obscurs bureaux du recours, les habitants de l’île de Guanzhou n’obtiendront pas gain de cause et seront condamnés à partir. Le film se termine par un traveling à couper le souffle sur cet univers de barres d’immeubles et de grues géantes où l’on entend l’énoncé du verdict : la plainte des villageois est rejetée. Ils n’ont qu’une semaine pour évacuer les lieux.
Les témoignages livrés dans ce film sont importants car à l’heure où la Chine se replie sur elle-même, muselle un peu plus les médias nationaux et étrangers, il est de plus en plus difficile de recueillir les sentiments de ces populations exclues, méprisées, dont les intérêts ne pèsent pas lourd face à la volonté de puissance que veut afficher l’empire rouge.

Philippe Rochot

SOIRÉES DE PROJECTIONS RENCONTRES AVEC LE RÉALISATEUR Boris Svartzman

Samedi 23 janvier, À 11h, dans le cadre du cycle “Les dimanche du documentaire”, en présence de Boris Svartzman•

AU CINÉMA American Cosmograph (cinéma), Toulouse

Jeudi 27 janvier, séance du soir, en présence de Boris Svartzman et de Xiaofan Molinier, Enseignante en culture et langue chinoises.•

AU Cinéma Le Grand Palais Cahors •Vendredi 28 janvier à 20h30, en présence de Boris Svartzman•

AU Cinéma Chateaubriand, Combourg •Lundi 31 janvier à 20h30, en présence de Boris Svartzman•

AU Cinéma Le Foyer, Acigné •Mardi 1er février à 18h45, en présence de Boris Svartzman• AU CINÉMA LA BOBINE, Bréal-sous-Montfort •Mercredi 2 février à 20h30, en présence de Boris Svartzman•

AU CINÉMA Ciné Manivel, RedonJeudi 3 février à 20h30, en présence de Boris Svartzman___

Réalisation, Image, son : Boris SvartzmanScénario : Boris Svartzman, Laurine EstradeMontage : Suzana Pedro, Emma AugierAssistant montage : Benoit CastelnauMontage son : Nans MengeardMixage : N’Dembo ZiavoulaEtalonnage : Lucie BruneteauTraduction : Boris Svartzman, Tao HongUn film produit par Macalube Films et Prima LuceEn coproduction avec Vosges Télévision et Boris SvartzmanProducteurs : Anne-Catherine Witt, Antonio MaglianoAssistant production : Lou Sanchez, Tristan Leyri Moyens techniques : Studio Lemon, Maelstrom StudiosAvec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine et de la Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur en partenariat avec le CNC – Centre national du cinéma et de l’image animée avec le soutien de PROCIREP SOCIÉTÉ DES PRODUCTEURS – ANGOA – ALCACNC – Centre national du cinéma et de l’image animéeÉcole des hautes études en sciences sociales (EHESS)Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine – CECMC – BROUILLON D’UN RÊVE DE La Scam et du dispositif @LA CULTURE AVEC LA COPIE PRIVÉE Lauréat du PROGRAMME LOUIS LUMIÈRE DE L’INSTITUT FRANÇAISPROGRAMMATION : Jérémie Pottier GrosmanATTACHÉ PRESSE : Stanislas Baudry

Une réflexion sur “Chine : le combat des paysans expropriés : « Guanzhou, une nouvelle ère », un film de Boris Svartzman.

Répondre à D Noël Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s