Les Humains de Pascal Maitre (Arche de la Défense) . Philippe Rochot

« Dès 18 heures le soir, les villages d’Afrique ont l’impression de plonger dans une tombe » aime raconter Pascal Maitre pour expliquer sa série sur l’électricité et le continent noir baptisée « Quand l’Afrique s’éclairera ». Là où il nous suffit de presser un interrupteur pour que jaillisse la lumière, les villages d’Afrique cherchent en vain une source lumineuse pour continuer à voir et donc à vivre. Pas facile quand on est photographe de montrer la vie dans l’ombre et de mettre en valeur les travaux des humains dans la quasi-obscurité. Pascal Maitre a pourtant réussi ce pari, ce qui lui a valu en 2016 le prix de l’Agence Française de Développement (AFD).

Prix AFD Pascal maitre

Accouchement à la simple lueur d’une lampe de poche: village d’Attankpé. (c) Pascal Maitre/Cosmos.

On retiendra ainsi cette fabuleuse image d’une africaine contrainte d’accoucher à la lampe de poche  car le courant fait défaut. En Afrique subsaharienne, seuls 7% des villages en zone rurale possèdent l’électricité. Et encore, elle est souvent rationnée.
Les clichés de Pascal Maitre sur cette Afrique de l’obscurité se retrouvent avec bonheur à l’exposition de la Grande Arche de la Défense qui présente 150 œuvres de ce photographe hors pair.

On y trouve des images de tous les continents mais je retiens surtout l’Afrique car on sent à quel point l’homme est attaché à la vie du continent noir. Pascal Maitre fréquente des terrains aujourd’hui oubliés, devenus des pièges pour les occidentaux, les humanitaires ou les journalistes comme la Somalie. « Il faut payer des escortes armées dit Pascal Maitre, financer un logement sécurisé et les « fixeurs » qui vous conduiront sur les lieux. »

Pascal Maitre expo arche défense juillet 2018 (19)Somalie: le marché de Mogadiscio dévasté. (Expo Pascal Maitre: Grande Arche Défense Paris)

Voilà qui limite les mouvements dans ce pays de la Corne de l’Afrique. Mais cette Somalie de tous les dangers, le photographe l’a quand-même parcourue une dizaine de fois avec un souvenir précis : l’année 2011. En plus de la guerre avec les milices islamistes Shebab, le pays a traversé une nouvelle famine qui a tué plus de 300 000 personnes. C’est à lui qu’on doit cette image de somaliennes faméliques réfugiées dans ce lieu de culte chrétien de Mogadiscio en ruine : visages ascétiques, yeux hagards, perdus, femmes désemparées, bouche bée, cadrées sous un portique de pierre où est sculpté un Christ en croix.

Pascal maitre Somalie(

c) Pascal Maitre/ Cosmos.

Pascal Maitre aime l’Afrique et on le sent. Ainsi le Congo, l’ancien Zaïre de Mobutu. Il en capture des séquences de vie qui échappent souvent à l’observateur traditionnel. Il aime les bas-fonds de Kinshasa, avec ses dix millions d’habitants certes pauvres mais pas miséreux qui jouent la carte de la débrouille et reprennent vie le soir grâce à la musique ou à la peinture. Malgré les guerres, les rébellions, les conflits, les émeutes, la créativité ne s’est jamais éteinte.

Pascal Maitre expo arche défense juillet 2018 (14c) (2) (Copier)

Arche de la Défense à Paris: visiteurs devant la photo de Pascal Maitre représentant une artiste congolaise, Julie Djikey, dénonçant la pollution et le réchauffement climatique. Elle a transformé son corps en « voiture humaine ». (PR)

C’est aussi au Congo que se joue la suite de la tragédie du Rwanda, dans la province du Kivu, dans l’Afrique des grands lacs avec ses forêts, ses brumes, ses volcans. Une terre que Pascal Maître a surnommée la « poudrière magnifique » tant la région est fascinante mais vivant sous une violence permanente. C’est une Afrique sans joie que l’auteur nous montre ici, une Afrique où l’expression « viol comme arme de guerre » prend tout son sens avec chaque année plus de 300 000 victimes.

Kinshasa, capitale de la République dite démocratique du Congo: 2012. (c) Pascal Maitre/Cosmos.

Pascal Maitre nous fait mesurer l’ampleur de la tragédie de l’Afrique sahélienne qui alimente en permanence le flot des migrants vers l’Europe : une population de 125 millions d’habitants parmi les plus démunis de la planète. Un responsable : la désertification qui progresse sous les effets conjugués du réchauffement climatique, du déboisement et de la démographie galopante. La percée des djihadistes et l’instabilité politique font le reste. A l’image cela donne ces camions surchargés de réfugiés climatiques ou ces étendues asséchées du lac Tchad.

Pascal Maitre portrait
Ca n’est pas un hasard si Pascal Maitre a commencé sa carrière à Jeune Afrique. Le continent noir l’a attiré très tôt. Né en 1955, il était fils d’un forgeron du Berri. Un oncle américain lui a offert dans sa jeunesse un Rolleiflex 4×4. De là est venu son goût pour le reportage exotique. Il a réalisé son premier sujet sur les Manouches de sa région avec à la clé une exposition à Châteauroux.

Depuis Pascal Maitre a travaillé pour les revues de photo les plus prestigieuses et notamment le National Géographic.

On lui doit ainsi l’image précieuse du commandant Massoud en 1998, dans sa région du Panjshir, trois ans avant sa mort dans l’attentat qui allait conduire à la tragédie du 11 septembre 2001. Pascal Maitre comme nombre d’entre nous s’est laissé envoûter par l’Afghanistan et il a passé de longues semaines en compagnie d’Ahmed Shah Massoud, pas seulement quelques heures.

Le commandant Ahmed Shah Massoud, en mode repos du guerrier après une attaque sur Takloban: 1998… (c) Pascal Maitre/ Cosmos.

Beau parcours que celui de ce reporter-photographe dont l’expo de l’Arche de la Défense nous livre un éventail très riche. Elle prend sa place à son tour dans un espace grandiose et vaste. Chaque photo ne supporte pas forcément un agrandissement géant : trop de grain parfois, dominante de couleur accentuée par le format. Mais l’essentiel est sans doute que le message passe et c’est chose faite.
Philippe Rochot


« Seulement humains », Pascal Maitre :
Paris La Grande Arche, Expo jusqu’au 11 octobre 2018.
http://www.pascalmaitre.fr

2 réflexions sur “Les Humains de Pascal Maitre (Arche de la Défense) . Philippe Rochot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s