A l’heure où l’occident s’inquiète surtout de la protection des ruines de Palmyre, menacées par l’offensive du groupe Etat islamique, la démarche de Mouzaffar Salman fait figure d’exception.

Syrie Alep Point zéro Photos Muzafar Salman mai 2015 (3) (Copier)

 Photos de Muzaffar Salman sur la façade de la maison des journalistes, Paris: 35  rue Cauchy.

Ce photoreporter syrien de l’agence Reuters, qui refuse le qualificatif de « reporter de guerre » ne cherche pas la mitraille, mais la douceur et la tendresse. Et il les trouve, au plus fort des combats d’Alep. Les photos format XL qu’il déploie sur la façade de la Maison des journalistes à Paris, se situent au-delà de la violence des affrontements qui endeuillent la seconde ville de Syrie.

Syrie expo Muzaffar Salmann vue du cimetière de Grenelle mai 2015 (3) (Copier)

L’expo de Muzaffar Salman, vue du cimetière de Grenelle…

Titre de l’expo : « Alep Point zéro ». Mais rien à voir avec « ground zero » et l’effondrement des tours de Manhattan… Le point zéro d’Alep, c’est ce labyrinthe qui serpente à travers les bâtiments dont les gens ont percé les murs pour passer d’une maison à l’autre, sans avoir à traverser la rue où sévissent les tireurs embusqués. Pareil itinéraire a créé des liens de solidarité entre les populations. Les habitants ont appris à mieux se connaitre, se soutenir. C’est dans cet esprit-là que Mouzaffar Salman photographie le conflit syrien. Dans l’horreur il va trouver la grâce, dans la détresse il va trouver l’humour, dans la violence il va trouver la douceur. « Au milieu d’une scène de guerre, dit-il, mon objectif traque la beauté, capture les détails et les instants de grâce. Les scènes magnifiques sont réelles, et le sont au-delà des ravages de la guerre. » (culture-islam.org).

Syrie expo Muzaffar Salmann vue du cimetière de Grenelle mai 2015 (2) (Copier)

Mouzaffar Salman se destinait à une carrière dans le tourisme mais il a finalement suivi la passion du père pour les clichés de la vie. « Quand je photographie, j’ai l’image de mon père en face de moi, je le sens rôder autour, c’est pour lui que je photographie, c’est lui qui m’a donné la passion de l’image» dit ce fils de charpentier, né à Homs en 1976, du temps d’une autre dictature, celle de Hafez el Assad, père de Bachar…

Syrie Alep Point zéro Photos Muzafar Salman mai 2015 (2) (Copier)

Alep Point zéro l'affiche

Dans ses photos, on trouve la part de guerre mais aussi celle du rêve, quand il nous montre ces Syriens regardant les étoiles et ce ciel d’où viennent aussi les barils de TNT lâchés par les hélicos de l’armée syrienne.

Ses images de la révolution syrienne ont été publiées dans le monde entier… sauf en Syrie. Mouzaffar Salman a dû fuir son pays en 2012 pour se réfugier au Liban, avant de gagner la France l’année suivante. Mais son témoignage sur ce conflit a valeur universelle.

 Philippe Rochot

« Alep Point Zéro ». Maison des journalistes, 35 rue Cauchy Paris 15ème.    Expo du 5 mai au 15 septembre 2015.