Libération Lazarevic : survivre au portrait destructeur livré par les médias. Philippe Rochot.

Libération arrivée Lazarevic Martin Bureau AFP

Serge Lazaravic à sa descente d’avion le 10 dec 2014: (photo AFP Martin bureau.)

« J’avais oublié ce qu’était la liberté » a lancé Serge Lazarevic à son arrivée à Villacoublay. L’homme présenté par le chef de l’Etat comme « le dernier otage français dans le monde» a sans doute la baraka,  car le portrait que les médias ont dressé de lui et de son compagnon Philippe Verdon  dès les premiers jours de leur arrestation dans un hôtel sordide de Hombori au Mali, était presque une condamnation à mort. Philippe Verdon d’ailleurs, n’y a pas survécu.
On ignore encore les circonstances de son décès : a t-il été assassiné parce qu’il était devenu un malade encombrant que les terroristes d’Aqmi n’avaient pas les moyens de soigner ? Ou alors froidement exécuté pour donner crédit aux revendications  des preneurs d’otages ? Le portrait dressé dans la presse n’a pas plaidé en sa faveur. Paris-Match le qualifie dès le début de « faux barbouze et vrai aventurier » et juge utile de rappeler qu’il avait été capturé au sud-soudan en 1991 par les rebelles de John Garang et libéré par la DGSE.  D’autres médias le décrivent comme un compagnon du feu mercenaire Bob Denard, passé par Madagascar et les Comores et relais des services de renseignement français. Des quotidiens expliquent qu’il était au Mali en tant qu’agent de la DGSE pour négocier la libération des otages d’Arlit.

Les ravisseurs sauront retenir ces arguments contre lui… Les mises au point de son père Jean-Pierre Verdon, déclarant qu’il était tout simplement à Hombori avec Serge Lazarevic pour monter une cimenterie ne sont pas prises au sérieux.

otages-francais-aqmi-mali_837922

Serge Lazarevic et Philippe Verdon au début de leur détention: nov 2011 (photo Aqmi)

Lazarevic ! le portrait que dressent les médias français de ce colosse franco-serbe, en reprenant les informations du quotidien « Blic », n’est pas plus flatteur. Il est présenté dès le début de l’affaire en novembre 2011 comme  « un vétéran de la guerre en ex-Yougoslavie,  actif sur le front croate et la Krajina, lié de longue date aux services de renseignements, recruteur de mercenaires serbes envoyés pour le compte de Mobutu dans l’ex-Zaïre déchiré par la guerre… » Sauf que le personnage a aussi un homonyme, un autre un certain Slobodan Lazarevic, soupçonné d’avoir commis des exactions en Bosnie, ce qui crée la confusion.. Imaginons pourtant les ravisseurs d’Aqmi, découvrant qu’ils ont entre leurs mains des individus avec un passé aussi chargé,  ils n’auront guère de compassion pour leurs otages.

Après l’assassinat d’Hervé Gourdel par les soi-disant « soldats du califat » dans les maquis de Kabylie en septembre dernier, deux quotidiens régionaux français écrivaient que Aqmi pourrait bien exécuter l’otage Serge Lazarevic pour faire preuve d’allégeance au groupe « Etat islamique». Ce sont des suggestions irresponsables et inacceptables que les ravisseurs peuvent lire aujourd’hui très rapidement par le biais d’internet et que des esprits faibles peuvent facilement exploiter.

Lazarevic 2014 message

Dernier message de Serge Lazarevic avant sa libération pour les trois ans de sa détention: nov 2014

Quand j’ai dénoncé cela lors des dernières « Assises internationales du journalisme », un syndicaliste a crié à la censure, en se figeant dans l’attitude du « il faut tout dire »… Pour ma part,  je n’appelle pas cela « censure », mais simplement respect de la sécurité et de la vie des autres. Qu’importe le passé d’un homme; dès l’instant où il est otage il faut songer à préserver sa vie, ne pas livrer des informations nuisibles sur lui et surtout non vérifiées.

Serge Lazarevic est libre alors que la chance n’était pas de son côté. Il n’était ni journaliste, ni employé d’une grande société et le portrait dressé de lui semblait le condamner. D’autres otages du Mali n’ont pas eu cette chance, comme son compagnon Philippe Verdon, ou comme Gilberto Rodriguez Leal, dont le frère dira en apprenant sa mort fortement probable, en avril dernier: « J’ai l’impression que si mon frère avait eu plus de valeur, si il n’avait pas été un simple retraité, peut-être ça se serait passé autrement ».

Philippe Rochot

 

8 réflexions sur “Libération Lazarevic : survivre au portrait destructeur livré par les médias. Philippe Rochot.

  1. Merci Philippe. Quel beau billet, qui replace les choses à sa juste valeur. Nous, journalistes, nous avons tendance à nous faire flic ou juge. Alors que ce n’est pas notre métier. Cela va même à l’encontre de la charte des journalistes. Merci de ce rappel, qu’il faut avoir en tête pour ne pas foncer tête baissée dans l’excès, hors du métier.

    J'aime

  2. Merci de remettre les pendules à l’heure car certains propos tenus étaient carrément irresponsables. Il s’agit de la vie des gens et on ne joue pas avec cela uniquement pour faire un « papier » qui attire le chaland.

    J'aime

  3. Excellent sujet pour un livre, Philippe ! Suis certaine que ton intégrité, ton professionnalisme et ton humanité…y feraient merveille, pour essayer de faire bouger les choses dans le bon sens …

    D’accord avec tous les commentaires, j’ajoute que, personne non journaliste, mais attentive à l’information et à la vie actuelle, je préfère utiliser le mot « exclusivité » à « scoop » qui a, pour moi, une consonance de surenchère commerciale !
    Valérie K.

    J'aime

  4. Bravo
    des informations nuisibles sur lui et surtout non vérifiées. ET surtout non vérifiées.. alors que c’est le premier artcile de la déontologie du « vrai » journaliste

    J'aime

  5. Très bel article qui permet de recadrer les choses. Certains propos tenus n’importe comment peuvent avoir des effets dévastateurs sur les personnes concernées et leurs proches. Réfléchir, vérifier, « se mettre à la place de » avant d’écrire ou de dire n’importe quoi. Heureusement, des personnes comme vous, Philippe, nous réconcilient avec le monde de l’information.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s